- Portrait de Julien -

A l’écoute de nouvelles opportunités sur Lille en CDI

Qui es-tu ?

Grand curieux, avide d’apprendre, de progresser et de faire progresser les gens autour de moi, j’aime parler et échanger sur tous les sujets; surtout autour d’un bon welsh ou d’un bon burger.

Plutôt sportif, je pratique la course à pied en loisir au sein d’un club. J’adore aller courir le week-end avec mon fils en poussette ou prévoir des grandes sorties course à pieds ou vélo.

J’ai aussi un côté très geek (cliché !) : fan de star wars et de légo.

Passionné par plein de sujets, je papillonne entre le piano, la photo, les jeux vidéos, la danse (rock et tango), les livres de physique quantique ou de science fiction, les podcasts de mathématiques, les vidéos de philosophie ou de finance, le rubik’s cube…

Je suis impatient que mon fils grandisse pour lui faire découvrir tout ça !

Comment as-tu grandi dans la tech ?

Mon père a toujours été un grand fan de nouvelles technologies, il m’a rendu curieux de tout, j’ai eu mon premier PC vers 12 ans (oui à l’époque c’était très tôt…). Mon père, même si technophile, ne comprenait pas grand chose à l’informatique et je n’étais pas très bon non plus à l’époque. Internet n’était pas développé, il était difficile d’apprendre seul, mais on a beaucoup cherché et testé et même si on n’a rien fait d’extraordinaire, cela a occupé une grande partie de mon adolescence.

Pourquoi ce choix de spécialisation technique ?

Je m’étais, au départ, orienté vers une filière de physicien quantique. Même si le sujet me passionnait (et me passionne encore aujourd’hui), il fallait se rendre à l’évidence, je performais en algorithmie et en développement et pas en physique quantique. Je me suis donc spécialisé dans le développement informatique les deux dernières années de mon cursus.

Sur le plan pro, que fais-tu dans les grandes lignes ?

Je suis l’intermédiaire entre tous les métiers et les équipes techniques.

J’ai un rôle très transversal dans l’entreprise : prise des besoins, priorisation des projets d’entreprise avec la direction, accompagnement et aide à la communication entre les équipes métiers pour construire les solutions techniques.

J’ai créé et organisé l’équipe de développement (une dizaine de personnes) : organisation des Sprints pour les projets, du Run pour le support applicatif, mise en place des astreintes, organisation de la communication entre les équipes technique et métiers.

En tant que manager de l’équipe technique je gère les recrutements, le suivi des collaborateurs et l’organisation des plans de carrière.

Et enfin je gère aussi un peu la SI de l’entreprise, gestion des serveurs et du parc informatique, surveillance de la sécurité.

Quel rôle, quel type d’entreprise (taille, secteur,) et écosystème technique vises-tu ?

Aujourd’hui, j’aimerais rejoindre une entreprise dans un rôle de direction technique. Je souhaite participer aux décisions stratégiques de l’entreprise, prendre les sujets et les faire aboutir, bref : grandir avec l’entreprise.

Mon idéal serait une start up ou une petite entreprise qui cherche à grandir, à se structurer et à performer sur le plan technique.

Quelles sont tes contraintes personnelles/ géographiques ?

Je vis dans la métropole lilloise et je souhaite y rester. Je recherche donc dans la métropole lilloise ou bien proche de la gare du Nord à Paris (avec un jour ou deux de télétravail par semaine).

Qu’est-ce que l’on va détester chez toi après 90 jours d’intégration ? Et adorer ?

Personne ne me détestera, je suis sociable et bon médiateur et je me mets rarement les gens à dos.

Il y a tout de même certaines situations, toujours axées autour de problèmes de communication, qui peuvent me mettre en tension :

Je pense que les gens aimeront mon énergie et mon optimisme. J’ai une bonne humeur contagieuse, je suis persuasif et j’emmène les gens avec moi.

Quelles seraient selon toi les critères d’une équipe technique idéale ?

Pour moi les piliers d’une bonne équipe sont :

Quelle est ta vision de la qualité logiciel et comme cela se traduit au quotidien ? (veille, expérience projet, lectures, etc.)

Faire du réseau, rencontrer d’autres personnes et confronter ses idées.

Se remettre en question en permanence, la solution fantastique qui nous a sauvés hier n’est peut être plus la meilleure solution aujourd’hui, il faut savoir enlever ses œillères et ne jamais se reposer sur les acquis.

Accompagner le changement : une idée ou un projet, aussi brillant peut-il être, ne vaudra rien s’il n’est pas accepté, adapté et pris en main par les utilisateurs finaux.

Surveiller la concurrence, analyser leur stratégie, leurs solutions.

Raconte-nous un projet passé qui te tient à cœur et que tu souhaites nous partager ?

Je pense que le projet qui me tient le plus à coeur est l’année que j’ai passée en 2013 avec ma compagne, nous sommes partis un an en Asie du Sud-Est, nous avons découpé notre année en 2 :

Nous continuons de suivre le travail de cette ONG et nous sommes heureux de voir que le travail continue de progresser et que les choses avancent là bas.

De quoi es-tu le plus fier ?

Je suis fier de ma vie perso, même si c’est un schéma ultra classique, cela me convient très bien, je suis épanoui et très fier de ma petite famille.

Quelles sont tes sources d’inspiration au quotidien ?

Aujourd’hui, j’ai envie d’être fier de mon travail et d’être fier de ce que j’apporte à la société. Je veux contribuer aux changements nécessaires pour notre planète.

Sinon, pour être terre à terre, je suis quelques blogs et flux d’actualités ciblés, ce que je préfère c’est les rencontres qui sont toujours sources de découvertes et de remises en question.

Quel est le meilleur conseil que l’on t’ait donné et pourquoi ?

J’en ai reçu vraiment beaucoup et j’en donnerai deux :

En technique : S’il n’y a pas de solution simple, c’est qu’il n’y a pas de problème.

Le plus important c’est poser le problème et la solution vient toute seule.

En management : Soit en accord avec tes décisions et assume les.

Toute décision managériale, même si elle n’est pas simple à prendre, doit être assumée, cela n’est possible que si les décisions sont prises honnêtement avec soi-même et les équipes.

Un mot pour ta future équipe ?

On est les meilleurs et on fera ce qu’il faut pour continuer à progresser tous ensemble et faire grandir notre projet.

Contacter