pourvu

VP of Engineering (H/F)
Major Corp

1. Pourquoi ce recrutement ?

1.1 Historique

Lorsque j’ai discuté avec Julien Lopizzo, l’un des cofondateurs de Major Corp, j’ai senti qu’il a fait de sa passion pour la veille informationnelle son projet d’entreprise. Ancien développeur, il a basculé du côté obscur de l’entrepreneuriat numérique. 

Cette casquette, à l’envers du schéma de carrière classique d’un développeur, mais toujours droite sur sa tête, tient grâce à ce travail acharné, depuis de nombreuses années (plus de 20 ans maintenant), à aller à la pêche aux bonnes informations : c’est 100 articles par semaines sur de multiples sujets structurants pour les entreprises : informations juridiques, financières, technologiques, études de marché…

Il existe quelques acteurs et références sur le marché sur ce type de créneau, à des niveaux différents, comme Bloomberg, Reuters, Crunchbase (innovation startup, intelligence économique), Statista (place de marché de données de marché). 

Julien y a donc vu un incroyable terrain de jeu ! 

Qui dit pêche à l’information dit s’entourer d’un auvergnat qui a bâti pecheur.com et qui est, aussi et surtout, Président de La French Tech Clermont-Auvergne, Olivier Bernasson; d’un magicien du business et de la création de partenariats avec quelques expériences passées dans l’univers logiciel, Philippe Fraysse; d’investisseurs sérieux et d’un comité d’administration où il y a de multiples entrepreneurs reconnus dans leur domaine métier pour tendre vers une solution au plus proche des attentes du marché. Si vous voulez tout savoir sur les fondateurs, c’est par ici

Major Corp, portée par la holding 777 Corp, a donc vu le jour en mars 2021. On parle de naissance mais elle a tout d’un vieux « briscard » bien rodé au marché des startups, bien connecté à un super réseau d’investisseurs et d’entrepreneurs et entrainé à l’éclosion d’un business rentable. Ils connaissent même l’histoire du Minitel (c’est vous dire !) 

Voici donc le positionnement de Major Corp. Il s’agit d’un triptyque de services : 

1.2 Contexte actuel d’entreprise et de recrutement

Depuis mars 2021, Major Corp est constituée de 15 collaborateurs avec, en plus, l’arrivée d’une rédactrice en chef en juillet. 

BUILD RH a eu le plaisir de recruter une bonne partie de l’équipe technique, un noyau dur qui a déjà travaillé ensemble par le passé. Ils se connaissent donc très bien.   

Ils ont conscience qu’ils ont grandement capitalisé sur les compétences backend. 

Ils ont donc besoin d’un renfort côté Direction dans un contexte de croissance et de développement de la roadmap produit.

TL;DR

Voici donc ce que tu vas lire en continuant la lecture :

2. Quelle entreprise vas-tu rejoindre ?

2.1 Date existence

Mars 2021

2.2 Chronologie 
Une image contenant texte  Description générée automatiquement
2.3 Nombre de personnes au sein de l’entreprise et au sein de l’équipe technique

5 personnes au sein de l’équipe technique avec un support extérieur.

15 personnes au sein de l’entreprise.   

2.4 Localisation 

Ils sont physiquement au niveau de la banlieue sud-ouest de Lyon, dans la ville d’Oullins. 

Toute l’équipe technique travaille en full remote

3. Quelle organisation technique vas-tu rejoindre ?

3.1 La configuration des équipes

Moyenne d’âge

+/- 40 ans

Cursus

Ils sont essentiellement issus d’école d’ingénieur. Cependant, l’entreprise n’est pas du tout regardante sur les cursus si l’expérience est au rendez-vous.


Split technique

Un CTO
Deux lead Back
Un DevOps
2 frontend
Selon le CTO, Jean-François Simon, il y a l’idée, dans le futur, d’avoir des profils plutôt T-Shaped : une base technique dominante tout en étant capables d’aider/de s’intéresser/ d’intervenir sur le reste de la stack. 


Personnalités/Ambiance de l’équipe

Le CTO est vraiment très respecté. Il y a une très bonne ambiance dans l’équipe avec des personnes qui communiquent, se respectent. Certains sont plutôt réservés, d’autres en imposent plus.« C’est une équipe dynamique, sympathique, autonome et responsabilisée » (Julien).

3.2 La stack technique actuelle

Front

Back

React

Styled-Components (design system).

Storybook.

Grommet (for mobile-​first projects).


NextJS (génération de pages statiques/dynamiques).

Node.js (côté Data).

PHP (CMS Ibexa + Symfony 5).

3.3 La qualité de code (environnement de test, bonnes pratiques de développement)

Utilisation de typescript pour assurer un typage fort et éviter les erreurs de logique et d’étourderie.

Environnement agile : méthodologie SCRUM avec des sprints de 2 semaines et un stand-up quotidien.

Culture des tests : tests unitaires pour la partie backend, utilisation de StoryBook pour la partie frontend, intégration et déploiement continus.

Fonctionnement par pull requests avec revue de code systématique (nos dépôts sont hébergés sur GitHub).

3.4 Les enjeux techniques

Enjeux de performance : système de traitement asynchrone (par files d’attente), serveurs multi-threads (scalabilité horizontale et verticale), génération de pages statiques pour la partie front.

Architecture mutli-services : notre plateforme est découpée en services (actuellement 5) qui communiquent entre-eux par API ou via pub/sub (Redis).

Résilience : les erreurs existent et ne doivent pas être un problème, notre système nous permet de les monitorer et les rendre au maximum inoffensives. 

4. Le profil attendu ?

4.1 Les compétences opérationnelle attendues

Son rôle au quotidien :

C’est une personne qui est capable d’avoir une vision business du produit en ayant ce naturel pour discuter et anticiper les problématiques de coût, de délai, de qualité et les risques multiples liés au développement produit.

Ainsi, cette personne est en contact direct avec les différentes entités de Major et les utilisateurs afin de bien cerner les nuances des besoins et leurs évolutions. Cette personne les challenge, challenge son équipe. C’est donc une personne qui a de très bonnes qualités de communication et de synthèse.

C’est une personne qui se doit d’être dans une véritable proximité technique avec les équipes : elle est disponible, elle ne s’approprie pas le travail des autres et organise régulièrement des sessions où les développeurs et les développeuses exposent l’avancement des features aux personnes du métier en réalisant, notamment, des démos explicatives. Son rôle est de responsabiliser et rendre toujours plus autonomes les équipes techniques.

C’est une personne qui participe activement à la politique de recrutement : amélioration du processus de recrutement, contenu de l’échange technique, suivi des candidats, choix collégiale de recruter ou non telle personne, forme les équipes tech à participer aux processus de recrutement pour un bon roulement des avis/critiques/appréciations.

Côté Direction/CODIR, c’est une personne qui est plutôt à l’aise dans la négociation des documents contractuels liés aux environnements techniques en binôme avec la DAF. Elle est aussi dans la coordination de la documentation CIR.

Côté roadmap, c’est un véritable chef d’orchestre qui est capable de bien cerner la charge de travail de son équipe, les priorités de la roadmap produit et donc de définir collégialement les arbitrages et affectations entre les différentes features produit.

Les enjeux techniques du moment :

Outre son rôle au quotidien, le.la VP of Engineering sera en charge :

Son profil :

4.2 Les soft skills

Selon Julien, les soft skills vont représenter 70% des critères de choix dans la décision de recruter ou non la personne.

La différence se portera sur les éléments suivants : 

Egoless : une personne qui reconnait quand elle ne sait pas et qui sait le dire, le partager ouvertement. L’objectif est de bâtir des relations dans l’équipe dénuées d’ego mal placé afin de favoriser une communication saine, une sécurité psychologique dans le partage des problèmes/ des douleurs/ des contraintes.

Par exemple : 

Il n’y a pas de statut sur la table qui justifie la compétence. Le souhait est de bâtir une équipe bienveillante qui oeuvre ensemble pour la satisfaction utilisateur, la bonne réalisation de la solution et ce, quelque soit les parcours académiques des personnes, quelque soit leur histoire personnelle, leur personnalité (introverti versus extraverti), leur niveau d’expérience, leurs background technique. 

Remise en question et humilité : cela exige, quelque part, d’avoir essuyé les plâtres, d’avoir connu des situations professionnelles où vous avez appris de vos erreurs, où vous avez remis en question quelques croyances personnelles, où vous avez eu un déclic… Bref une expérience ou plusieurs expériences qui vous ont fait grandir techniquement et humainement en développant une certaine humilité professionnelle.  

Self discipline : l’autonomie n’est pas d’être capable de tout faire tout seul. Ils ont bien conscience qu’une équipe qui fonctionne c’est une équipe qui s’entraide. Non, le mot autonomie dans ce contexte d’entreprise est d’être capable de reconnaître ses propres limites pour aller chercher de l’aide, aller travailler davantage sur un sujet non maîtrisé si besoin (via la veille technique, la demande de formation, le pair programming), aller prendre des responsabilités pour grandir, apprendre des autres, mieux cerner les subtilités des besoins utilisateurs, etc. Les prises d’initiative, l’intrapreneurship sont fortement encouragés voire indispensables pour progresser “c’est en tombant qu’on apprend à marcher”

Enthousiasme : dans un contexte qui démarre, il y aura beaucoup de remise en question, de pivot éventuel tant au niveau de la solution qu’au niveau des choix techniques. Cela exige donc d’avoir une énergie positive dans l’équipe. Lorsque le problème arrive la première réaction n’est pas d’aller directement dans des formules relativement négatives voire toxiques “c’est la faute de…” “l’utilisateur ne comprend rien…” “je suis dans une équipe vraiment nulle…”, “ce code c’est de la merde…” mais plutôt de chercher à comprendre collectivement ce qui n’a pas fonctionné pour s’orienter vers de nouvelles hypothèses, solutions. Il est donc question d’être davantage cablé “problem solver” avec une réelle empathie pour l’utilisateur final. 

Team player : derrière ce terme, il est question d’avoir une confiance naturelle envers autrui (les collègues) mais aussi savoir être en confiance avec les autres équipes. La confiance permet de déléguer, de compter sur les autres, ce qui est un puissant levier de valorisation pour chaque contributeur au projet d’entreprise mais aussi cela permet d’être dans une posture relativement safe pour se surpasser “beyond”, aller chercher de nouvelles idées, être créatif, etc. 

Partage : derrière ce mot il y a grandement l’idée d’être dans le partage de connaissances. Il n’y a pas une seule personne dans la pièce qui est intelligente, qui cherche à montrer qu’elle est bien meilleure que les autres et que les autres doivent se taire et écouter. Le but est de tirer tout le monde vers le haut, du junior au plus expérimenté, chacun a des lacunes, des failles de connaissances, des sujets jamais abordés. 

Aime le relationnel humain : beaucoup de personnes évoluent vers un poste de responsabilité parce qu’elles ont vu de la lumière ou parce que c’est la suite logique pour grandir professionnellement dans certaines organisations figées. Là, il est question vraiment de redonner les lettres de noblesse au mot management, d’y voir une activité pour le bien-être de l’équipe et sa bonne évolution technique comme psychique. Il est donc indispensable d’apprécier les échanges humains, d’être à l’aise aussi bien dans les moments agréables que dans les situations compliquées en cas d’éventuels conflits. C’est loin d’être une zone de confort.

4.3 Le processus de recrutement

5 La rémunération, les classiques et les avantages

5.1 La rémunération cible

La target de rémunération est +/- 90 K€

5.3 Les classiques et les avantages

Mutuelle Alan. 

Forfait installation en full remote à hauteur de 300 € pour un bon aménagement de l’espace de travail + forfait internet prise en charge à moitié. 

Machine fournie.

BSPCE pour les 17 premiers salariés.

RTT et congés payés.

Contrat cadre forfait jour.

6. L’environnement de travail global

6.1 Les moyens, les outils de travail

Le budget cible pour la machine + écran est aux alentours de 3000 €.

Les personnes peuvent choisir la machine sur laquelle elles veulent travailler. Il n’y a pas de restriction concernant les systèmes d’exploitation (Mac, Linux, Windows).

6.2 La politique remote

Ils ont des bureaux sur la région lyonnaise pour se voir régulièrement mais l’équipe technique a très bien appris à travailler à distance avec des points réguliers à distance. 

Il y a le souhait, tous les deux mois environ, de réunir tout le monde : équipe technique + l’ensemble de l’entreprise. 

6.3 Veille et formations

Newsletter en interne

Veille technique naturelle entre les dirigeants et les personnes de l’équipe technique. 

Formation à la demande.

Possibilité de participer à des conférences techniques, en tant que speaker et/ou participant. 

6.4 La politique RSE 

Julien Lopizzo a créé le fonds de dotation 777 Children qui finance des œuvres caritatives pour l’enfance. 777 Children intégrera donc la politique RSE de Major Corp : sharing pledge notamment.

6.5 Modèle de management

Cela fait 20 ans que Julien recrute des développeurs.se et il y a eu très peu de turnover. 

Son secret ? Cette capacité à être assez direct dans sa façon de communiquer. Il se sent davantage comme un coach qui donne de l’énergie, qui offre des solutions, qui pense au niveau de l’ensemble, qui responsabilise grandement les personnes pour qu’elles vivent pleinement leur rôle et donnent tout leur potentiel Il ne se considère pas comme un manager dans sa tour d’ivoire en mode command and control. « A l’impossible nul n’est tenu : je suis dans le compromis, dans la prise de risque » (Julien)

Il attache de l’importance à l’engagement, à l’idée de monter d’un cran (lui, y compris) et ce, à tous les niveaux : discussion, qualité du logiciel, travail rendu, satisfaction client, et tout cela, sans entraîner une ambiance malsaine de compétition interne. 

Il apprécie créer un cadre favorable à la sécurité psychologique pour que les personnes puissent exposer leurs problèmes, leurs doutes, leurs critiques. Il n’apprécie pas découvrir les problèmes sur le tard. 

Sur le terrain des projets, il aime modulariser, segmenter le cahier des charges : petites tâches en petits composants, voir les interdépendances, faire ressortir les meilleures idées en termes de ressources et timing, prioriser les urgences.  

6.6 La culture d’entreprise 

Collectif : tout le monde est moteur. Par exemple, Julien préfère le mot collaborateur à salarié. Il fait des individus avec lesquels ils travaillent des partenaires de travail et non des exécutants. 

Sincérité : encouragement à un dialogue ouvert, respectueux et argumenté avec la nécessité de dire les choses au bon moment, sans cacher sous le tapis. 

Moteur et engagé : chacun s’engage dans sa responsabilité, prend du plaisir à faire le job au quotidien.  

7. Les plus/les moins du projet d’entreprise ?

7.1 Les moins

L’équipe technique en place se connaît très bien. Elle est ultra soudée. Ainsi, cela peut nécessiter un temps d’adaptation pour les nouvelles recrues dans les débuts d’intégration dans l’équipe. 

Une implication/ouverture technique qui pourrait être perfectible : blog technique, création de meetups sur-mesure, projets Github ouverts, etc. 

Contexte en structuration donc inévitablement assujettis aux multiples changements (techniques, humains, organisationnels). 

7.2 Les plus

Équipe dirigeante solide qui a déjà été contributrice à de nombreux projets startup à succès. 

Stack technique moderne avec un fort intérêt porté aux enjeux frontend, UX/UI. 

Equipe senior de bon niveau, qui est prête à faire progresser, à accompagner les futures recrues. 

Cadre en full remote complètement imprégné dans la culture d’entreprise. 

De forts enjeux data intéressants pour un profil technique qui aime se creuser la tête. 

Equipe technique sensible à la qualité du logiciel et à l’idée d’éviter de créer de la dette technique. 

Je connais plutôt bien l’équipe technique car je l’ai recrutée et tout se passe super bien. J’ai donc un bon historique de confiance avec Major Corp. 

Bonne culture de la prise de risque (je pourrais vous en dire plus de vive voix…). 

Postuler