ouvert

Senior Software Engineer (H/F)
Digikare

1. Pourquoi ce recrutement ?

1.1 Historique

Digikare, c’est l’histoire d’une rencontre entre un chirurgien orthopédiste, le Docteur Jérôme Villeminot, spécialiste du genou à la Clinique Sainte Odile, et d’une équipe d’ingénieurs informatique, Pascal Recchia, Pierre-Jean Monroziés et Anthony Guérot.

Ainsi, ils décident de s’associer pour créer Digikare en octobre 2017 dont le leitmotiv est le suivant : « mieux mesurer pour mieux soigner »

Mesurer quoi ?

Il s’agit de données entrantes sur l’ensemble des interventions chirurgicales orthopédiques. Ces données concernent la prise en charge des patients avant, pendant et après l’intervention chirurgicale. Il s’agit simplement de données de vie réelle.

Beaucoup de patients se retrouvaient, assez régulièrement, dans une situation inconfortable liée au manque d’informations, au manque d’écoute parfois et au manque de réponses à leurs multiples interrogations : « Est-ce normal si j’ai mal à tel endroit ? » « Comment va se passer l’anesthésie générale et comment je dois m’y préparer ? » etc. Ces données collectées à l’échelle individuelle, permettent de créer un véritable collectif vertueux d’écoute où patients et chirurgiens travaillent main dans la main. Les patients sont autant acteurs que bénéficiaires des informations collectées.

Une fois anonymisées l’ensemble de ces données permettent aux chirurgiens utilisateurs d’identifier les possibles axes d’amélioration de leurs prises en charge. La mesure de la satisfaction des patients offre un éclairage inédit et propose une nouvelle ère d’innovations centrées sur le vécu du patient.  

Soigner qui ?

Les patients bien évidemment ! Et cela passe par un meilleur feedback des patients à destination des chirurgiens sur leurs méthodes chirurgicales, leur matériel orthopédique, et tant d’autres choses. Tout cela crée un lien plus personnalisé et humain entre les chirurgiens et leurs patients dans le suivi, d’autant plus que les patients sont dans une période douloureuse de leur vie où beaucoup de choses se bousculent dans leur quotidien (leur façon de se déplacer, la gestion des courses, le sommeil perturbé, la gestion de la douleur plus ou moins intense, etc.). C’est donc une solution qui vise un meilleur confort des patients mais aussi un meilleur niveau de connaissance des chirurgiens sur leurs propres pratiques chirurgicales.

Le docteur Jérôme Villeminot a donc mis sa passion au service d’une cause plus grande que lui, à travers une solution numérique scalable, à destination de l’ensemble des chirurgiens orthopédistes assistant l’amélioration continue des prises en charge médicale, et, in fine, d’avoir une patientèle pleinement satisfaite du suivi médical. Cette amélioration n’est qu’en écho d’un progrès médical incessant, le numérique outille avantageusement ce dernier, en proposant aux acteurs des outils de comparabilité et d’autoévaluation.

Pour la petite histoire, le docteur Jérôme Villeminot a été le premier chirurgien français à poser une prothèse totale de genou en ambulatoire (2012). De nombreux articles et sujets de conférences sont consultables en ligne. 

Pour tester rapidement le marché, un premier produit à destination des chirurgiens orthopédiste initialement gratuit a été conçu. La principale fonctionnalité était un questionnaire bidirectionnel à destination des patients avec un double intérêt : le suivi médical et la collecte d’informations. L’objectif étant de montrer la comparabilité des pratiques médicales en mesurant la qualité de vie. Ce POC (comme beaucoup de POC) a été codé relativement rapidement pour tester la faisabilité marché. La marque commerciale Orthense voit le jour.  Le nom a émergé en octobre 2017 tout comme leur expérimentation gratuite Ortone. Le mix prénom féminin et consonance orthopédique les a convaincus.

Début 2018, Orthense devient une solution payante à destination des chirurgiens avec un modèle d’abonnement, ce qui leur permet d’avoir une vue plus personnalisée avec des données agrégées, des statistiques….

De nouvelles fonctionnalités voient le jour et sont continuellement dans l’apport de valeur, tant du côté des chirurgiens que du côté des patients : les chirurgiens peuvent davantage comparer leurs données, faire un suivi personnalisé de leur patientèle, avoir des alertes, et les patients peuvent avoir davantage d’informations pour mieux comprendre ce qu’ils doivent faire, avoir plus d’explications sur certains symptômes post-opératoire, par exemple.

Le modèle économique évolue au fil des mois, de l’écosystème et de la croissance de Digikare. En janvier 2021 arrive un directeur commercial Timothée Lepers.

Ce dernier permet de structurer et de simplifier la vision business/produit.

Le MVP est donc le suivant : « mesurer vos prises en charge chirurgicales orthopédiques ».

Les multiples utilisateurs :

Concernant les chiffres clefs, Digikare c’est :

Une série A en cours de préparation.

1.2 Contexte actuel d’entreprise et de recrutement

Digikare a décidé de faire de la tech sa véritable proposition de valeur. Aujourd’hui c’est un usage en routine clinique par plus de 50 chirurgiens. L’objectif est d’atteindre 300 chirurgiens actifs avant la fin de l’année (point d’équilibre pour être auto-suffisant financièrement).

Les enjeux techniques sont multiples :

Dans ce contexte, Digikare recrute donc un.e développeur.se senior avec de bons fondamentaux sur la conception (DDD) et la programmation objet (dominante backend), avec une ouverture au full remote. Cette personne, pourra évoluer vers un rôle de VP of Engineering si elle fait ses preuves et si elle le désire.

TL;DR

Voici donc ce que tu vas lire en continuant la lecture :

2. Quelle entreprise vas-tu rejoindre ?

2.1 Date existence

Octobre 2017

2.2 Nombre de personnes au sein de l’entreprise et au sein de l’équipe technique

10 personnes au sein de l’entreprise dont 4 sur la partie technique.

2.3 Localisation

Entreprise basée à Toulouse.

Propose du full remote avec quelques rencontres physiques au cours de l’année.

3. Quelle organisation technique vas-tu rejoindre ?

3.1 La configuration des équipes

L’équipe technique est composée de 4 personnes :

3.2 La stack technique actuelle

Sur la partie données médicales, il y a davantage d’enjeux/projets frontend (en Angular).

Le résumé en image :

3.3 La qualité de code (environnement de test, bonnes pratiques de développement)

Le sujet de la qualité du soft est central chez eux pour les chantiers à venir, avec cette volonté de :

Sur les nouveaux développements, il n’y aura pas de raccourci possible. Cependant, même si la volonté est d’épurer le soft, il va falloir, malheureusement, composer avec un peu de dette technique.

3.4 Les projets d’évolution à moyen/long terme

4. Les profils attendus ?

4.1 Les compétences techniques attendues

Sur le plan technique, il est attendu une personne qui est capable d’avoir une vue d’ensemble sur la solution donc avoir une vision (et non des compétences) fullstack afin d’être capable, au quotidien, de faire des liaisons entre les différents sujets techniques, et de bien comprendre les enjeux produits sur chaque couche technique.

Ainsi, qui dit vision produit/utilisateur, dit une vision davantage orientée usage/qualité, donc une personne qui est capable d’apporter à une équipe une bonne culture software craftsmanship : du manifeste jusqu’à sa mise en application en prenant en compte le point de départ de Digikare sur ce sujet. Ainsi, des compétences sur le DDD qui poussent grandement à embrasser le métier, à adopter un langage commun avec les utilisateurs seront grandement appréciées.

Il n’y aucune fermeture technique. Il y a donc la volonté de recruter une personne ouverte qui a de bons fondamentaux en programmation objet.

Une expérience dans la conception d’éditeur (textuel ou graphique) en ligne ainsi que la maitrise des sujets Event Sourcing, CQRS, GraphQL sont des plus appréciés.

Par ailleurs, Anthony me disait qu’il cherchait davantage la complémentarité de compétences par rapport à l’équipe en place et non recruter une personne juste pour recruter une personne en plus dans l’équipe.

Il est davantage dans le design d’équipe avec des complémentarités de compétences.

4.2 Les soft skills

Côté Soft Skills, on est dans le fit culturel, tant au niveau de la raison d’être de l’entreprise qu’au niveau du fit équipe.

Ainsi, au niveau du recrutement, cela se traduit de la façon suivante :

Selon Anthony, la séniorité n’est pas juste un titre sur un contrat de travail. C’est un comportement plus global comme celui d’accompagner les autres (seniors comme juniors) vers plus d’autonomie, une meilleure maitrise technique. C’est faire des feedbacks constructifs, savoir se remettre en question, connaitre et assumer ses faiblesses, mettre des mots derrière les pourquoi, savoir argumenter, etc. Il va donc grandement challenger ce niveau de séniorité en entretien.

4.3 Les évolutions de carrière possibles ?

Évolution possible vers un rôle de VP of Engineering ou CTO

4.4 Le processus de recrutement

1ere étape : rencontre physique ou en visio avec Anthony d’une durée d’une heure environ. Contenu : culture fit, questions relativement larges portant sur la motivation, l’apport mutuel de valeur, et quelques questions plus orientées techniques.

2eme étape : coding dojo simple d’une durée d’une heure environ sur un repo Github avec la possibilité d’avoir un feedback à chaque fois (en visio ou via Github directement)

3eme étape : rencontre avec Pascal Recchia CEO en visio pour un échange de 30mn

4eme étape : point collégial avec les fondateurs et l’équipe, puis, si c’est un go, on part sur une promesse d’embauche.

Il est tout à fait possible d’organiser une rencontre avec l’équipe, à la demande du candidat, s’il le souhaite.

5 La rémunération, les classiques et les avantages

5.1 La rémunération cible

Target cible : entre 60-65 K€

5.2 Les classiques et les avantages

Très bonne mutuelle.

Congés illimités.

Ouverture possible à des BSPCE.

Un contrat basé sur un forfait mensuel de travail effectif de 169 heures pour un mois complet de travail

6. L’environnement de travail global

6.1 Les moyens, les outils de travail

Il n’y a aucune restriction donnée sur les besoins en matériel (machine, IDE, casques, chaise, etc.) pour bien travailler au quotidien

6.2 La politique remote

L’ensemble des réunions se font via l’outil Teams.

Il y a des channels par thématique pour un bon partage des informations et des connaissances.

L’ensemble de l’équipe technique est en full remote avec la possibilité de travailler sur place sans problème. Anthony est régulièrement sur place, par exemple. Ainsi, venir 100% du temps au bureau ou de façon partielle, c’est complétement ok aussi.

Digikare propose une enveloppe de 2500 € pour chaque nouvelle recrue. C’est une sorte de « welcome bonus » pour s’équiper confortablement. Cette enveloppe peut être à destination du matériel à se procurer pour bien travailler chez soi en remote.

6.3 Veille et formations

Tous ont participé, au moins une fois, à une formation (celle qu’ils ont souhaité) depuis leur arrivée.

Il y a une réelle culture de la veille spontanée. Digikare pourrait aller encore plus loin sur ce point comme la mise en place de workshops ritualisés. Ce n’est pas encore le cas mais ils restent complètement ouverts à cela.

Les personnes peuvent aller à des conférences, sans contrainte, en tant que speaker comme spectateur, avec un partage de feedbacks.

6.4 Modèle de management

Sur ce sujet, Anthony m’a fait une très bonne comparaison avec la discipline du rugby : il est davantage à fond avec les autres dans la mêlée que coach détaché sur le banc de touche.

ll n’est pas très bavard, plutôt introverti, force tranquille et ne cherche pas le grade, les titres ronflants. Il vise le meilleur pour son équipe. Il cherche à recruter des personnes qui sont bien meilleures que lui, complémentaires à ses compétences et à celles de l’équipe en place. Il fait confiance aux individus, à leur intelligence, et à leur engagement.

Il aime aussi organiser des moments conviviaux en équipe : apéro, sessions de sport avec ceux qui veulent, etc.

6.5 Pendant RSE (Responsabilité sociale d’entreprise)

Label Algo éthique – ADELIAA

7. Les plus/les moins du projet d’entreprise ?

7.1 Les moins

Ils sont en train de finaliser leur preuve de marché donc il s’agit d’un contexte startup relativement incertain car au démarrage.

Le domaine santé est hyper règlementé ce qui peut provoquer certaines contraintes dans la mise en place de nouveautés techniques.

Il y a un passif de dette technique qui peut être pesant par moment.

La culture d’entreprise se construit. Tout n’est pas encore parfaitement structuré comme la veille technique ritualisée par exemple.

7.2 Les plus

Avec du code, être dans cette capacité d’impacter les gens positivement dans des moments où ils ne sont pas bien.

Management bienveillant et zéro bullshit.

Possibilité d’évolution intéressante sur le poste.

Full remote : Johan est parti 2 mois à Bali, il a travaillé depuis là-bas sans contrainte.

L’entreprise n’est pas du tout arrêtée sur les diplômes. Il y un bel engagement sur la diversité des parcours et des histoires professionnelles.

Possibilité de bâtir des choses intéressantes sur la qualité du logiciel.

Postuler